Ouest France du 9 janvier 2010

Publié le par Collectif contre la statue de JP2 à Ploermel

Statue du pape : Paul Anselin propose un référendum - Ploërmel

samedi 09 janvier 2010


Nouvelle réaction autour de la statue du pape Jean-Paul II. Cette fois-ci, c'est Paul Anselin, l'ancien maire de Ploërmel qui s'exprime dans un communiqué. Sa réponse fait suite à la déclaration de Béatrice Le Marre (lire notre édition d'hier).

« Mme Le Marre déclare assumer l'héritage du passé de Ploërmel comme si c'était un héritage lourd à supporter : je ne répondrai pas sur ce point, les Ploërmelais jugeront au bout de son mandat son action par rapport à la mienne, spécialement en matière d'emplois.

En ce qui concerne la statue, il faut noter que la joyeuse équipe « sectaire » qui a fait appel au tribunal administratif de la subvention accordée par le Conseil général à la ville, se range parmi les amis de Mme Le Marre. Beaucoup de gens sont persuadés qu'elle encourage cette action de façon, un jour ou l'autre, à tenter d'enlever la statue ou, à tout le moins la croix.

Une fois pour toutes, que Mme Le Marre prenne position : est-elle oui ou non partisane de laisser la statue et la croix ? Je lui suggère de demander l'avis des Ploërmelais sous forme d'un référendum d'initiative locale. Les Ploërmelais attendent cette réponse pour réagir. »

Publié dans Articles de presse

Commenter cet article

Ovtcharenko 03/02/2010 13:01



L'idée d'un référendum peut paraître séduisante, mais elle est antidémocratique, car c'est la représentation nationale qui a voté la loi de séparation des églises et de l'Etat le 9 décembre 1905,
et, à ce moment la France comptait 38 millions d'habitants dont 37 millions de catholiques*.


 


Cette loi, dans son article 28, prévoir que : "Il est interdit, à l’avenir, d’élever ou d’apposer aucun signe ou emblème religieux sur les monuments publics ou en quelque emplacement public
que ce soit […]". Cette loi, comme toutes les lois, a une portée générale et ce n'est pas un référendum local qui peut en réduire la portée.


 


Cette initiative est anti-républicaine et démagogique, mais ce n'est pas étonnant de la part d'un maire qui déjà bafoué la loi pour imposer ses opinions personnelles.


 


*Source : débats à l'Assemblée nationale, 17e séance/48, 21 avril 1905 au matin — il y a eu deux séances le même jour. Le Sénat a tenu 21 séances de débats sur ce même projet de loi, soit 69
séances de discussions denses, passionnées, érudites qui ont été suivies avec attention par l'ensemble de la population. Les interventions des grands orateurs étaient lues à haute voix dans les
lieux de rencontre comme les cafés les places publiques…