ouest france 12 02 2007

Publié le par Collectif contre la statue de JP2 à Ploermel

Ploërmel, décidément à l'heure russe
Vendredi soir, l'ambassadeur de Russie en France était reçu en grande pompe par le maire de Ploërmel. Un projet de jumelage a été évoqué.

Ambiance peu ordinaire dans les rues de Ploërmel, vendredi soir : voitures diplomatiques dans la cour de la mairie, cérémonies place d'Armes au son de l'hymne national russe... tout cela avait de quoi intriguer les passants (Ouest-France du 10 février). Cette commémoration était organisée à la demande de l'ambassadeur de Russie en France, Alexandre Alexeevitch Avdeev, en visite à Ploërmel. Celui-ci n'a pas manqué de faire étape devant la statue du pape, oeuvre de l'artiste russe Tsereteli. Et c'est d'ailleurs ce qui motivait sa visite. « Le sculpteur, c'est mon ami », répond dans un français parfait teinté d'un accent russe. « Je devais venir à l'inauguration, mais je n'ai pas pu, car il y avait la conférence internationale à Monaco. Le maire de Ploërmel aussi, je le considère comme un ami. Et je voulais visiter Ploërmel depuis longtemps ».

Le grand jeu était de sortie pour cette visite peu banale. Haie d'honneur devant la mairie, décoration du « Blason d'or » pour l'ambassadeur, et médaille de la ville pour son ministre délégué chargé des affaires économiques, le maire de Ploërmel a reçu en grande pompe. Samedi, les pompiers du Morbihan de service étaient tous mobilisés, occasion aussi d'une petite balade dans le golfe. Autre ami de l'artiste russe Tsereteli et du maire de Ploërmel, Gotcha Tchogovadze, chargé de mission auprès de l'Unesco, ancien ambassadeur de Géorgie en France, était également présent.

« C'est un immense honneur de recevoir l'ambassadeur de la Russie éternelle et un très grand ambassadeur. Tout le monde sait qu'il jouit en France d'une renommée exceptionnelle. Le tout Paris se dispute sa présence », déclarait Paul Anselin, lors de la réception en mairie, passant en revue l'histoire des liens entre les deux pays, rappelant le lourd tribut des Russes dans la Seconde guerre mondiale. Oublié la guerre froide et l'empire des Soviets. « J'admire le président Poutine d'avoir permis à la Russie d'être entrée dans le concert des nations. Nous devons nous en réjouir et ne pas en avoir peur. La Russie construit progressivement une démocratie », ajoutait le maire qui concluait en confessant que c'était grâce à l'ambassadeur que la statue du pape avait pu sortir de Moscou pour rejoindre la France et de redire qu'il s'agit d'« un cadeau de la Russie à la France » et même... « de la Russie à Ploërmel » !

Apprentissage russe à l'école Dolto ?

Alors que l'arrivée d'une seconde statue de Tsereteli _Saint-Georges_ se précise, Ploërmel est bien à l'heure russe. Paul Anselin et l'ambassadeur confiaient leur projet de mettre en oeuvre un jumelage entre Ploërmel et la ville russe de Naro-Phominsk, à 70 km de Moscou, qui compte 70 000 habitants. Une délégation pourrait venir à Ploërmel en avril prochain. « Naro-Phominsk qui a participé à la Résistance a beaucoup de traditions. C'est une ville, comme ici, à la fois industrielle et agricole ».

Le maire rappelait aussi son projet d'apprentissage du Russe dès la maternelle, « à l'oral » sur la base du volontariat des familles. Le projet d'apprentissage précoce du Russe devrait être proposé à l'école Françoise-Dolto. Maryannick Arnéodo, adjointe chargée de la culture rappelait que dans le cadre des Estiv'arts, Ploërmel recevra cette année des pianistes et violonistes du conservatoire de Saint-Pétersbourg.

Nathalie JAY.

Publié dans Articles de presse

Commenter cet article