Ouest France du 7 janvier 2010

Publié le par Collectif contre la statue de JP2 à Ploermel

Statue : subvention de 4 500 € annulée - Ploërmel

jeudi 07 janvier 2010


 La communauté de communes avait perçu cette somme pour l'installation des socles de la statue du pape et de l'obélisque.

La statue de Jean-Paul II fait reparler d'elle. Le 20 octobre 2006, le conseil général du Morbihan avait accordé une subvention de 4 500 € à la communauté de communes de Ploërmel pour la réalisation des socles de la statue et de l'obélisque sur le rond-point. Le tribunal administratif de Rennes a estimé, jeudi 31 décembre, que cette aide était contraire à la loi.

Et pas n'importe quelle loi : celle de 1905 concernant la séparation des Églises et de l'État. Plus précisément son article 28, qui interdit d'apposer un signe religieux sur les monuments publics ou sur un emplacement public autre que les édifices servant au culte.

Or, au-dessus de la statue, il y a une grande croix. « Qui, par sa disposition et ses dimensions, présente un caractère ostentatoire » précise le jugement.

Pour André Le Béhérec, président de la fédération de la Libre pensée du Morbihan, et son secrétaire, Pierrick Le Guennec, c'est une première victoire. « Cette décision est très encourageante, commente Pierrick Le Guennec. Mais notre objectif reste le retrait pur et simple de cette statue. »

Ce sont eux qui, le 26 avril 2007, avaient saisi le tribunal administratif de Rennes. « Nous avions auparavant alerté le conseil général, la mairie et la préfecture qu'ils étaient en infraction, rappelle le secrétaire. Nous voulions résoudre le problème sans affrontement judiciaire. »

La communauté de communes devra rembourser ? Pas si sûr. Car si la délibération du conseil général est bel et bien « annulée tant qu'elle attribue la subvention », rien dans le jugement ne dit que la somme doit être remboursée.

P.S.

Publié dans Articles de presse

Commenter cet article

Jean-Jacques Desrosiers 02/05/2015 19:53


Joli gang de cons,une mosquée ferait sans doute l`affairer


 


PAUVRE FRANCE.