Le Télégramme 11 12 2006

Publié le par Collectif contre la statue de JP2 à Ploermel

Morbihan

 

Inauguration. Ploërmel a sa statue papale

 

Après des semaines de polémique et un recul d?une journée sur l?agenda initial, la statue du pape Jean Paul II a été inaugurée hier, en grande pompe, à Ploërmel, devant près de 2.000 personnes. Les opposants, de leur côté, ne désarment pas et entendent bien aller au bout de leur combat.

 

« N?ayez pas peur ». Le message est affiché en grand sur le socle de la colossale et controversée statue en bronze de Jean Paul II, à quelques mètres du Sacré-C?ur, dévasté par les flammes en ce début d?année. Un message dévoilé hier, lors de l?inauguration de l??uvre de l?artiste russe, controversé également, Zurab Tsereteli. « N?ayez pas peur ». Pour Paul Anselin, chef d?orchestre de cet événement et maire de la ville, « c?est l?une des plus belles phrases du pape, ce géant de l?Histoire. Elle dépasse les religions et les peuples ». Sur fond de polémique, les premiers mots de Paul Anselin, lors de son discours, seront pour la foule. « Votre présence est un immense réconfort pour les élus et pour le maire ». A ses côtés, certains des officiels annoncés n?ont finalement pas pu faire le déplacement : le nonce apostolique et l?ambassadeur de Pologne, « à cause du changement de date », l?ambassadeur de Russie, « envoyé à Monaco ce matin pour assister à une conférence sur le terrorisme ».

 

« Au nom de l?amitié »

 

Hervé de Charette, ancien ministre des Affaires étrangères, était bien présent, comme Mgr Centène, l?évêque de Vannes, et l?historien Alexandre Adler, venu pour l?ami « Paul ».

 

« Depuis que l?on a annoncé ma venue ici », raconte à la tribune Hervé de Charette, j?ai reçu de nombreux messages me disant, " Ne venez pas au nom de la laïcité". Je suis venu au nom de l?amitié et d?une certaine idée de mon pays. Ma commune s?appelle Saint-Florent-Le-Vieil. A ce que je sache, nous n?avons pas débaptisé toutes les communes portant un nom de saint au début du XX e siècle... Nous avons aussi des avenues Lénine ou Staline, pourquoi pas une statue Jean Paul II ? ».

 

Des clowns activistes et des journalistes russes

 

Quelques dizaines de mètres plus loin, tandis que les discours se succèdent, un léger brouhaha monte dans la rue. Une troupe de « clowns activistes », vêtus de blanc, de nez rouges et coiffés de perruques de couleur, fait un sketch pour s?indigner de « Ploërmel, première ville confessionnelle de Sarko 1 e r ». Un cordon de gendarmes les tient à bonne distance des cérémonies officielles. L?un d?entre eux parviendra pourtant à s?introduire dans la foule, quelques minutes plus tard, lorsqu?un « Non au polonium du peuple » retentit. C?est l?artiste russe qui est alors au micro. Celui-ci sourit, applaudit et dit « Bravo ! ». Les caméras russes qui ont fait le déplacement n?en perdent pas une miette. L?une des journalistes interrogera d?ailleurs Paul Anselin sur le respect de la loi de 1905. « Je connais la loi de 1905 et sa jurisprudence mieux que ceux qui en parlent... Il y a eu de nombreux calvaires installés en Bretagne, après la loi de 1905... ». « Ceux qui en parlent », justement, avaient choisi de ne pas provoquer, hier, en organisant un rassemblement débat à quelques kilomètres de là, sur la commune d?Augan. « Nous nous battons sur le terrain de la loi, et uniquement de la loi », explique Marylène Guillaume, membre du collectif. « La croix qui la surplombe en fait une statue religieuse, et non celle d?un chef d?Etat ».

 

« Nous irons jusqu?au bout »

 

Et malgré deux référés en urgence rejetés par les tribunaux de Vannes et Rennes, le collectif ne désarme pas. « Nous allons compléter les dossiers pour les jugements sur le fond. Avec cette croix, le viol de la loi de 1905 est manifeste. Nous voulons que cette statue soit installée sur un emplacement autre qu?une place publique, et que les subventions allouées soient rendues ». Et ils ppréviennent : « Nous irons donc jusqu?au bout, même si ça prend des années... ».

 

Gaël Le Saout

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« Votre présence est un immense réconfort pour les élus et pour le maire », a déclaré, à la foule, le maire de Ploërmel, Paul Anselin (à droite), préférant ignorer certaines critiques, et notamment celles exprimées par une troupe de « clowns activistes ». (Photo François Destoc)

 

Publié dans Articles de presse

Commenter cet article