Ouest France 08 01 2007

Publié le par Collectif contre la statue de JP2 à Ploermel

Le maire de Ploërmel annonce l'arrivée de nouvelles sculptures de Tsereteli, tout comme celle de Jean-Paul II.

À peine la statue de Jean-Paul II inaugurée en décembre dernier, il est question de deux nouveaux dons de l'artiste russe à Ploërmel. Vendredi 5 janvier, le maire de Ploërmel, Paul Anselin, lors de la cérémonie de voeux, confirmait l'arrivée « dans trois mois d'une statue qui est magnifique ». Sans en dire plus.

 

C'était déjà dans l'air. En mars, le don d'un obélisque est évoqué lors d'un conseil municipal. Il pourrait s’agir d’une statue d’un Saint-Georges terrassant le dragon. L'artiste, lors de sa visite à Ploërmel, fin juin, pour l'emplacement de la statue de Jean-Paul II, choisit aussi un rond-point pour cet obélisque. La veille des festivités de décembre, ce rond-point, dit de la Gare, rebaptisé au nom de l'artiste, était inauguré. Et c'est alors que Paul Anselin fait savoir qu'il a demandé à son ami une sculpture du général de Gaulle. Et il confirme, vendredi soir : le projet verra le jour. La statue irait sur la place du monument aux Morts. ZurabTsereteli a déjà conçu une sculpture de de Gaulle. L'ensemble gigantesque (environ 19 mètres socle compris) était inauguré le 9 mai 2005, en grande pompe, à Moscou, par Vladimir Poutine, et en présence de Jacques Chirac, à l'occasion du 60e anniversaire de la victoire sur l'Allemagne nazie. L'oeuvre aurait laissé plus d'un moscovite très sceptique. 
 « Les Russes, quand ils aiment, ils ne comptent pas », ajoutait le maire pour justifier la liste de tous ces somptueux présents. Ploërmel est certes en bonne passe pour devenir, selon les propres termes de l'élu, lors de l'inauguration de décembre dernier, « la plus petite ville au monde ayant le plus d'oeuvres de ZurabTsereteli ».
Sans y croire vraiment, Hubert Lugué, de l’opposition municipale de Ploërmel (Notre avenir citoyen) s’inquiète du coût entraîné par l’opération. D’autres s’interrogent sur ce qui motive l’installation d’autant de statues. Oui à Charles de Gaulle, pour Alain Le Roux du comité anti-statue, qui s’interroge à titre personnel sur l’esthétique ces sculptures qu’il trouve « ringardes ». « L’art contemporain, ça existe aussi », ajoute ce dernier.
Nathalie JAY.

 Zurab Tsereteli, un artiste mondialement connu… et très controversé

 

Originaire de Géorgie, le peintre, sculpteur, architecte et décorateur russe Zurab Tsereteli préside également la Fondation internationale de Moscou pour l’Unesco. Il a organisé des expositions lui permettant de récolter des fonds pour des projets de l’Unesco. En 1994, une composition sculpturale intitulée « La Naissance du Nouvel Homme », dédiée à Christophe Colomb, à l’Unesco, place Fontenoy, à Paris. Il est considéré comme l’un des plus importants artistes contemporains. Installé à Moscou à la fin des années 1960, l'artiste est aujourd'hui un ami du maire communiste Youri Loujkov. La capitale russe devient son jardin d'exposition et le sculpteur a réalisé déjà de nombreuses œuvres monumentales en Russie et Géorgie. Mais son œuvre ne fait pas l’unanimité. Plusieurs de ses réalisations ont été sujets à controverse. Exemple en date de l’an dernier : l’œuvre représentant Churchill, Roosevelt et… Staline réunis à Yalta, en février 1945, pour préparer la paix alors que la capitulation nazie était imminente. Une photo présente dans tous les livres d’histoire. L’artiste en a fait une statue destinée à la ville où s’est déroulée la célèbre conférence, il y a soixante ans, l’œuvre du sculpteur russe a déchaîné les protestations. « La Crimée n’a pas besoin d’un monument rappelant l’homme responsable de la mort de millions de personnes », s’étaient alors indignés vingt et un écrivains de cette république autonome d’Ukraine.

 

Hélène Blanc, politologue spécialiste de la Russie, évoque un système d'enrichissement et de blanchiment d'argent, qu'elle appelle les « statues Christophe Colomb » et qu'elle dévoilait déjà dans L'Empire de toutes les mafias (1), livre publié en 1996.

 
Ouest-France

Publié dans Articles de presse

Commenter cet article