L'histoire

Publié le par Collectif contre la statue de JP2 à Ploermel

Le Collectif s'est créé à la suite de l'annonce réitérée de Monsieur P. Anselin, maire de Ploërmel, de sa volonté d'installer sur une place publique et grâce à des fonds publics, une statue de Jean Paul II, haute de près de 9 mètres.

Cette statue lui a été offerte à titre personnel par le très controversé sculpteur géorgien Zurab Tsereteli, ami de Poutine et du maire de Moscou, ambassadeur des beaux arts de Russie.

Ne souhaitant pas mettre cette oeuvre dans son jardin, M. Anselin la propose à la confrérie des frères de La Mennais, sise sur sa commune. Ils refusent le cadeau. Qu'à cela ne tienne, M. Anselin décide donc de la faire installer sur une place publique, qu'il rebaptise pour l'occasion : "Place Jean Paul II".

Puis il fait voter les subventions publiques nécessaires à son installation et à son inauguration qu'il veut grandiose :

100 000 euros pour l'installation, 30 000 euros pour la cérémonie et l'acceuil des personnalités russes.

Aurait-il oublier, cet élu du peuple, que la loi de séparation des Eglises et de l'Etat interdit l'installation de monuments religieux dans un espace public ? (article 28 de la loi de 1905 : "Il est interdit à l'avenir, d'élever ou d'apposer aucun signe ou emblème religieux qur les monuments publics ou quelque emplacement public que ce soit à l'exeption des édifices servant au culte, des terrains de sépulture dansles cimetières, des monuments funéraires, ainsi que des musées ou expositions.").

Lui qui affirme connaître la loi, aurait-il mal lu l'article 2 de la même loi qui précise : "La République ne reconnaît, ne salarie, ni ne subventionne aucun culte. En conséquens, à partir du 1er janvier suivant la promulgation de la présente loi, seront supprimées des budgets de l'Etat, des départements et des communes, toutes dépenses relatives à l'exercice des cultes."

Pourtant c'est bien d'un lieu de culte qu'il s'agit, si l'on en croit M.Anselin qui déclarait lors d'un récent conseil municipal qu'il ne verrait aucun inconvénient à ce que cette place devienne un lieu de pélerinage propre à concurrencer Ste Anne d'Auray.

Publié dans Historique

Commenter cet article